mécanicien

Disposition issue de la réglementation européenne, le contrôle technique s’impose à tous les conducteurs de véhicules. De la prise de rendez-vous au paiement de la facture relative au contrôle, le conducteur prend tout en charge. Mais même si elle peut sembler contraignante, cette disposition est bénéfique pour l’automobiliste d’une part et pour sa voiture d’autre part.

Quand faire un contrôle technique?

Le contrôle technique doit se faire dans les 6 mois qui précèdent le 4e anniversaire de mise en circulation de la voiture. Ainsi, pour une automobile dont la mise en circulation s’est faite le 1er juillet 2017, le contrôle doit être réalisé entre le 1er janvier 2021 et le 30 juin 2021.

Lorsqu’elle passe son premier contrôle, une voiture ne le fera à nouveau que dans deux ans. En fait, le contrôle technique se fait tous les deux ans et la prochaine date est marquée sur la carte grise. Pour un acheteur d’une voiture d’occasion, il est indispensable de s’assurer que le contrôle a été effectué par le précédent utilisateur dans les 6 derniers mois.

Mode de déroulement du contrôle

Le contrôle consiste à examiner entièrement le véhicule sous toutes les coutures. Autrement dit, c’est une inspection complète qui permet de mettre en évidence les imperfections, les pannes et les défauts. En l’effectuant, le propriétaire peut se rendre compte des dysfonctionnements à corriger ainsi que de l’état d’usure de ses pièces : éclairage, disques, etc.

Pour cela, le professionnel sollicité pour le contrôle technique voiture effectue l’opération sur la base de 133 points répartis en 9 catégories :

  • Identification de la voiture : plaque et documents de l’automobile ;
  • Équipements de freinage : disques, plaquettes, etc. ;
  • Direction : boîtier, volant, etc. ;
  • Visibilité : rétroviseurs, pare-brise, etc. ;
  • Équipements électriques, feux, etc. ;
  • Essieux, pneus, suspension, roues ;
  • Châssis et accessoires ;
  • Nuisances : pollution atmosphérique et nuisance sonore ;
  • Autres matériels : klaxon, ceintures de sécurité, etc.

À la fin de l’inspection, le contrôleur établit un procès-verbal qui renseigne sur l’état général de la voiture et les dysfonctionnements relevés. Si ceux-ci sont considérables, alors une contre-visite doit être réalisée.

La contre-visite, une phase indispensable

Après le contrôle technique, il faudra éventuellement faire une contre-visite. Elle doit être réalisée idéalement dans un délai de 2 mois après le contrôle et elle se déroule dans n’importe quel centre, pourvu que celui-ci soit agréé. Elle dure en moyenne 20 minutes.

Si la contre-visite n’est pas faite dans le délai prévu, le propriétaire de la voiture paie une amende de 135 € et doit repasser un contrôle technique. Et si les forces de l’ordre effectuent un contrôle qui met en évidence le défaut de contre-visite, le véhicule peut être envoyé à la fourrière.