L’abeille carniolienne (Apis mellifera carnica)


Pour un apiculteur, la race d’abeille idéale est celle qui parvient à s’adapter au mieux au climat, douce et peu agressive, et bien sûr très productive. L’abeille carniolienne fait partie de ces races d’abeilles mielleuses intéressantes pour les apiculteurs.

Description de l’abeille carniolienne

L’abeille carniolienneL’abeille carniolienne ou Apis mellifera carnica possède des propriétés économiques très intéressantes. Elle excelle par sa capacité de butinage de produits apicoles et de pollinisation. Elle a également une excellente capacité d’adaptation à son milieu d’élevage.

On retrouve essentiellement l’abeille carniolienne dans les provinces autrichiennes de la Styrie et de la Carinthie, en passant par les sommets de Tatras, des Carpates et des Rhodopes jusqu’à l’Adriatique.

Mais la Carniolienne a pour réelle origine l’actuelle Slovénie. C’est d’ailleurs dans le centre de la Slovénie que l’on retrouve le point de rencontre des trois grands écotypes de la Carnica : l’écotype alpin (Slovénie, Autriche et Slovaquie), l’écotype panonnien (cours du Danube) et enfin l’écotype méditerranéen (Dalmatie croate et littoral slovène). Les conditions de sélection dans le centre de la Slovénie sont en effet idéales et naturelles.

Les caractéristiques de l’abeille carniolienne

L’abeille carniolienne a une grande taille, et est velue. Son niveau de résistance aux hivers rudes est élevé, et sa capacité à hiverner est exceptionnellement forte.

Elle possède une langue longue de 6,6 mm en moyenne, lui permettant d’atteindre une plus large gamme de nectar et rendant la miellée de trèfles plus aisée.

Durant l’hiver, la population des abeilles carnioliennes est très faible. En effet, la reine abeille carniolenne cesse une grande partie de sa ponte à partir du mois d’octobre jusqu’à la fin du mois de janvier. La ponte reprend donc au début du mois de février. La colonie se développe alors rapidement et les premières miellées commencent généralement fin avril-début mai.
Cependant, on peut parfois apercevoir des colonies plus précoces lors du développement printanier, car certaines populations de colonies sont plus aptes à s’adapter aux changements climatiques.

Les avantages de l’abeille carniolienne

L’abeille carniolienne est très appréciée par les professionnels car elle a la particularité d’être très douce, à tel point que l’utilisation de l’enfumoir est parfois jugé inutile.
Grâce à sa langue de 6,6 mm, elle a la capacité de récolter sur toutes les miellées ainsi que le miellat. Elle propolise peu, mais hiverne très bien, et parvient à s’adapter à tous les climats. Elle est simple à travailler car elle met beaucoup de temps à devenir une bourdonneuse après orphelinage de la ruche. De plus, elle stocke sa nourriture juste à côté du couvain.
Enfin, l’abeille carniolienne possède une résistance élevée à la dérive et aux maladies de couvain.

Les défauts de l’Apis mellifera carnica

L’abeille carniolienne est assez sensible à la nosémose (qui est un parasite néfaste au tube digestif) et à l’acariose (qui est un acarien interne que l’on retrouve au niveau des trachées). Elle n’est pas une très bonne bâtisseuse, possède un haut degré d’essaimage et a une forte tendance aux pillages.

Elle ne produit pas beaucoup de pollen, et la qualité ainsi que la quantité du nectar présent dans la ruche influent beaucoup sur la ponte de la Reine.