L’ennemie redoutable c’est le tabac


En France, 5800 personnes décèdent à cause du tabagisme passif, les 60% sont des décès cardiovasculaires par accident vasculaire cérébral. L’insuffisance cardiaque touche les artères qui vascularisent le cœur. Elle se présente par une douleur thoracique et une ischémie myocardique. On constate le manque de sang au niveau des muscles du cerveau. Le tabagisme entraîne la manifestation de la maladie. C’est plus facile de substituer les nicotines par du Zyban ou du Champix. De plus, les pharmaciens prescrivent des médicaments contre l’affection cardiovasculaire.

cp (12)Une bénédiction pour tous

La carte vitale assure à 100% les maladies cardiovasculaires. Le Trésor affirme la baise du coût des maladies chroniques dans les assurances de crédit insuffisance cardiaque. Ces affections sont les premières causes de mortalité partout dans le monde. L’Organisation mondiale de la santé estime que 17.5 millions de personnes décèdent à cause des maladies cardiovasculaires. Une estimation montre que 7.4 millions meurent d’une cardiopathie coronarienne et les 6.7% sont tués par un AVC. Le diabète, l’hypertension et l’hyperlipidémie en sont les facteurs redoutables. La détection de leur présence est préférable pour éviter la mort.

Prévenir c’est guérir

Les maladies cérébro-vasculaires sont ceux qui affectent les vaisseaux sanguins alimentant le cerveau tandis les artériopathies périphériques, pour les jambes et les bras. Les infarctus et les AVC sont également des facteurs associés au tabagisme, une mauvaise nutrition et l’obésité. Le traitement lié à ses divers agents est nécessaire pour diminuer le risque cardiovasculaire. Les affections cardiovasculaires se caractérisent comme suite : les cardiopathies coronariennes, les cardiopathies rhumatismales, les malformations cardiaques congénitales, les maladies cérébro-vasculaires, les artériopathies périphériques, les thromboses veineuses profondes et les embolies pulmonaires.
La prévention secondaire contre ce fléau pour les personnes atteintes du diabète et les maladies avérées c’est la consommation des bêtabloquants et des aspirines. Les interventions chirurgicales sont coûteuses, mais elles valent certainement la peine quand on tient à la vie.