Pollution et qualité d’air intérieur : voici comment respirer sain chez vous

maison

Il faut se le dire clairement : nous nous préoccupons peu ou pas du tout de la qualité d’air intérieur. Les reflexes quotidiens qui consistent à ouvrir les fenêtres et portes afin de laisser entrer un courant d’air viennent juste soulager notre conscience. Ce qui est peu salutaire !

Le monde devient de plus en plus industrialisé et les zones résidentielles qui sont à portée de la majorité des citoyens ne sont pas du tout loin des pollutions extérieures issues de voitures et machines. Mais nous ne sommes pas là pour vous dresser un constat triste. Nous vous apportons des idées novatrices qui vont vous permettre de respirer sainement sans être forcé à ouvrir les issues.

 

Ce qui pollue l’air intérieur et mine votre santé.

Pour être sincère, il y a de quoi se poser la question de savoir ce qui est en mesure de polluer la qualité air intérieur dans une habitation, bureau ou bref un espace fermé. Tout paraît tellement si propre et clair, que l’évocation de polluants, radon, formaldéhyde, et autres est sous-estimée. A part les moisissures qui sont visibles, la déshumidification qui peut être envisagée et les microbes à neutraliser, l’idée de penser que vous vivez dans un espace à air vicié ne vous effleure pas du tout.

Si l’achat d’un déshumidificateur suffit pour éradiquer l’humidité présente dans une pièce, il n’est pas du tout facile de neutraliser les polluants ainsi que les particules. Compte tenu de leur pluralité et de leurs spécificités, il faut recourir à un diagnostic précis pour avoir une installation de qualité. A défaut de résoudre le problème d’humidité, il faut l’éviter en amont avec une bonne ventilation.

 

Comment bien ventiler pour neutraliser l’humidité et les polluants ?

Selon le type d’odeurs, d’humidité ambiante, de chaleur ou de moisissure, il est facile de savoir que la ventilation n’est pas suffisante dans un espace clos. La ventilation mécanique contrôlée (VMC) ou la ventilation naturelle sont des éléments clés d’un air intérieur sain. Cette méthode permet la circulation de l’air du salon ou salle d’accueil vers les pièces qui sont le plus souvent isolées comme la cuisine, les toilettes ou encore la salle de bain.

En dépoussiérant les bouches d’aération ainsi qu’en effectuant un changement régulier des filtres (avec une VMC double flux), vous facilitez la ventilation. Des astuces simples mais efficaces peuvent vous permettre de vérifier régulièrement la façon dont fonctionne les entrées ainsi que les sorties d’air.

D’abord, placez un papier très fin là où il y a les bouches d’extraction (au niveau des pièces humides) et si le papier est attiré, c’est que tout va bien car l’air circule. Ensuite, placez le même type de papier vers les bouches d’entrées qui se trouvent au niveau des pièces de vie. Si le papier est repoussé, c’est un bon signe. Vous pouvez être sûr que la ventilation fonctionne comme il se doit.

 

Diverses astuces pour garder une maison moins humide et peu polluante.

Humidité, particules fines et plusieurs polluants peuvent être évités en adoptant des gestes mécaniques assez banals. Quand le moment de faire les tâches ménagères arrive, pensez à ouvrir les fenêtres afin de ne pas laisser les particules des produits ménagers s’accumuler sur les objets ou pire, s’éparpiller dans l’air intérieur. Aussi, n’achetez que les produits ménagers (savon, détergent, vinaigre,…) naturels ou qui ont le label écologique. Si vous pouvez concevoir vos propres produits ménagers, c’est vraiment l’idéal ! Pensez à aérer votre habitation pendant une demi-heure dès la matinée et le soir.

Afin de réduire le taux d’humidité dans la cuisine, n’ôtez pas le couvercle de la casserole. Cela va éviter l’accumulation de la vapeur sur les parois des murs et du plafond. Ne chercher pas du tout à faire des économies sur le système de ventilation en l’éteignant. Ce dernier est conçu pour fonctionner de façon permanente. Les bouches d’entrée d’air doivent être toujours propres, sans boucher ces dernières et veillez à ne pas laisser la poussière s’accumuler au niveau des fenêtres au vu des fréquentes aérations à effectuer au jour le jour.

Pour mesurer le taux d’humidité et prendre les bonnes dispositions, achetez un hygromètre. S’il indique un taux supérieur à 60 %, vous devez alors acheter un déshumidificateur ; ce qui vous reviendra plus cher. Pour ce qui concerne la qualité d’air ainsi que les polluants (taux de CO2, radon, plomb, amiante, COV, …) qui minent votre quiétude, munissez-vous d’un moniteur de qualité d’air intérieur. Il vous indiquera au moment opportun, le niveau de qualité d’air que vous respirez ! Certains moniteurs ont un jeu lumineux pour vous faciliter les prises de décisions : un signal lumineux vert signifie que l’air respiré est sain, le jaune pour dire que la qualité d’air intérieur est moyenne et le rouge pour vous alerter à renouveler l’air intérieur.