1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...

Que faire contre l’arthrose ?

Pathologie appartenant à la famille des rhumatismes, l’arthrose apparaît majoritairement après 50 ans. En France, elle concerne 10 millions de personnes et représente la maladie articulaire la plus courante. Comment la reconnaître, la prévenir et la soigner ?

Reconnaître l’arthrose

On appelle arthrose la dégradation progressive du cartilage qui recouvre les articulations. Cette dégénérescence conduit in fine à la destruction du cartilage. Le fonctionnement normal d’une articulation est notamment permis par une régénérescence constante du cartilage, qui « huile » l’articulation grâce à sa composition élastique et glissante. L’usure du cartilage entraîne donc une perte de mobilité : les os, non protégés par la couche de cartilage, se frottent alors entre eux et créent de petites excroissances.

L’arthrose peut toucher une ou plusieurs articulations. Si plus de trois articulations sont atteintes, on parle alors de polyarthrose. L’arthrose se manifeste par des douleurs plus ou moins constantes, accentuées à l’effort. En effet, cette pathologie provoque une douleur dite mécanique, qui apparaît donc dès que l’articulation est sollicitée. Cette douleur s’accompagne de raideurs, d’une mobilité réduite si des articulations porteuses sont touchées et parfois de gonflements au niveau de l’articulation touchée.

Attention à ne pas confondre avec l’arthrite, qui est, elle, une inflammation de l’articulation. Les douleurs provoquées par l’arthrite sont plus fortes la nuit et des boursouflures apparaissent au niveau de l’articulation.

Prévenir l’apparition de l’arthrose

L’arthrose a plus de risques d’apparaître si les articulations sont sollicitées de manière excessive. Par exemple, les sports à haut niveau ou simplement une pratique intensive d’un sport comme le football ou le rugby peuvent favoriser l’arthrose. En effet, ce type d’activité crée de légers traumatismes à cause des chocs encaissés par les articulations. Ces dernières s’usent alors plus vite que la normale.

D’autre part, certaines professions physiques qui requièrent des mouvements répétés au niveau des articulations constituent également un facteur de risques. Les métiers du bâtiment (couvreur, maçon) imposent des flexions régulières, les couturiers et pianistes sollicitent en permanence les articulations de leurs doigts, etc.

Enfin, en cas de surpoids, il est conseillé de suivre un régime afin de retrouver un IMC normal. En effet, une surcharge pondérale pèse sur les articulations motrices telles que celles du genou et de la hanche. L’usure du cartilage est alors accélérée. Si l’arthrose a été déjà diagnostiquée, un régime permet tout de même d’atténuer les douleurs et de soulager les articulations. D’ailleurs, il est conseillé de pratiquer des exercices spécifiques à l’arthrose du genou, des mains ou des cervicales pour conserver une certaine mobilité des articulations.

Suivre un traitement adapté

Selon l’avancée de la pathologie au moment du diagnostic médical, le médecin peut proposer différents traitements. Alors comment se soigner en cas d’arthrose ?

Les traitements médicamenteux

La prescription de médicaments est un des traitements les plus courants. Il vise en premier lieu à atténuer les douleurs. Pourront donc être prescrits :

  • Des antalgiques, pour contrer la douleur ;
  • Des antiinflammatoires, en cas de crises d’arthrose (poussées inflammatoires qui provoquent des douleurs plus vives) ;
  • Des anti-arthrosiques symptomatiques d’action lente (AASAL), efficaces contre l’arthrose du genou et de la hanche ;
  • Des traitements locaux (pommades antiinflammatoire par exemple), notamment pour l’arthrose des doigts ;
  • Des infiltrations, uniquement si les traitements susmentionnés sont inefficaces.

L’appareillage

Si l’arthrose devient particulièrement handicapante, le médecin peut proposer des solutions d’appareillage :

  • Les orthèses permettent de soutenir ou de corriger une articulation déviante, notamment pour les doigts et les genoux ;
  • Les béquilles (ou cannes) allègent la charge portée par les hanches ou les genoux ;
  • Les semelles orthopédiques amortissent les chocs encaissés par toutes les articulations porteuses.

Enfin, dans les cas les plus extrêmes et après 60 ans, la chirurgie peut être envisagée, soit pour corriger l’axe d’une articulation, soit pour poser une prothèse.