Tout ce qu’il faut savoir en matière de récupération de données


Cliquez pour évaluer!
[Total: 0 Moyenne: 0]

Professionnels comme particuliers exploitent différents supports de stockage au quotidien à ne citer que le disque dur, le SSD, la clé USB, la carte mémoire ou encore le Smartphone. Certes, il est important de suivre l’évolution technologique, mais il faut prendre des précautions avec les données sensibles. En effet, les données présentes sur un support de stockage peuvent se perdre et pour les récupérer, il est parfois nécessaire de faire appel à un spécialiste du domaine. Sans plus tarder, découvrez tout ce qu’il faut savoir en matière de récupération de données.

Les supports de stockage existants

La technologie informatique est en perpétuelle évolution et les supports de stockage suivent le rythme. Ainsi, ces derniers peuvent être différenciés selon la nature de la technologie de sauvegarde qu’ils embarquent. On distingue alors les supports de stockage optiques comme le DVD, le CD-ROM, ou encore le Bluray. Ces derniers ne peuvent être lus et écrits que par un rayon laser.

Outre les supports de stockage optique, on trouve également des supports de stockage à mémoire flash ou électroniques. Parmi lesquels se retrouvent la clé USB, le SSD ou encore la carte mémoire. Ces supports de stockage conservent les données dans une cellule faite dans un matériau semi-conducteur.  Cette conservation se fait au moyen d’une charge électronique. Ce même principe s’applique également aux supports de stockage magnétiques à quelques différences près. Pour ces supports de stockage, les données sont conservées sur des plateaux ferromagnétiques particulièrement sensibles au champ magnétique. La conservation est assurée par une charge magnétique.

Parmi les supports de stockage les plus répandus actuellement se retrouvent les disques durs internes, les disques durs externes, les disques durs NAS, les supports multidisques NAS en Raid, les supports multidisques en accès direct DAS en Raid ou encore les supports amovibles simples.

Les données perdues sur ces différents types de supports de stockage peuvent être récupérées au moyen de techniques complexes et via l’utilisation d’outils et de matériels sophistiqués. À noter que l’opération de récupération des données sur disque dur concerne aussi les données perdues, que celles inaccessibles, corrompues, endommagées ou encore formatées. Le coût de l’opération varie selon la nature de la perte de données et la complexité des opérations menées. Dans tous les cas, il est préférable s’adresser à un professionnel fiable comme Diskeom.

Pourquoi récupérer les données et quelles sont les causes de leur perte ?

À partir du moment où des données sont perdues, il faut vérifier si elles sont importantes ou non. Si elles se rapportent  à ses activités professionnelles ou  à ses études, il ne faut pas hésiter à faire appel à un professionnel pour la récupération.  Le but ici est de recouvrir au moins 95% des données perdues.  Seul un professionnel qualifié peut garantir son travail et il n’hésite pas à le mentionner dans le contrat.

Il faut savoir que la perte de données peut découler de plusieurs raisons. La plus courante est la fausse manipulation qui implique l’effacement des données ou encore le formatage du support de stockage. Le virus peut aussi être à la cause des pertes de données. En cas d’infection virale, deux choses peuvent se produire : soit les données sont effacées, soit elles sont corrompues.

Outre les pannes logicielles, les supports de stockage peuvent également connaître une panne matérielle.  C’est le cas d’une usure normale d’un support de stockage qui est inévitable. Pour éviter la perte de données liées à la panne normale d’un support de stockage, il est conseillé de vérifier sa durée de vie. Ainsi, on peut anticiper la situation et transférer les données sensibles au moment opportun.

À noter que les supports de stockage ne supportent pas les chocs, la surtension électrique, l’incendie ou encore l’eau. Quand ils sont soumis à ces facteurs, la perte de données est inévitable. Pour les récupérer,  il faut une compétence avérée dans le domaine ainsi que des matériels et outils particulièrement performants.

Selon les spécialistes de la récupération de données, les pannes logicielles n’impliquent pas de lourdes dépenses, car la récupération des données est moins délicate. Il suffit d’utiliser des logiciels performants et le tour est joué.  En revanche, les pannes matérielles réclament une intervention plus complexe. Tout commence par l’identification des pièces défaillantes suivie de leur remplacement.  C’est uniquement après réparation du support que la mission de récupération est menée.

Choisir le professionnel de récupération de données

La récupération de données sur un support de stockage, quelle que soit sa nature, est une opération délicate.  Pour cette raison, il ne faut pas tenter de la mener soi-même à défaut d’une compétence avérée dans le domaine. Il est préférable de faire appel à un professionnel expérimenté.  Là aussi, il faut bien faire son choix, car certains soi-disant spécialistes ne sont pas à la hauteur de leur réputation.

Sachez que les dépanneurs informatiques courent les rues. Certains n’hésitent pas à faire de la pub sur le web en déclarant qu’ils peuvent assurer de nombreuses missions liées au domaine notamment la récupération de données sur des supports de stockage.  Toutefois, bien qu’ils aient des compétences de base dans le domaine, il faut savoir que chaque cas est différent quant aux pannes des supports de stockage. De  plus, l’utilisation de matériels sophistiqués s’impose afin de limiter les risques de perte définitive des données lors des interventions.

Pour s’assurer que le support de stockage est entre de bonnes mains, il ne faut pas hésiter à s’informer sur le spécialiste contacté. Un professionnel de renom comme Diskeom garantit des prestations de qualité. Nombreux sont ceux qui ont déjà fait appel à ses services et aucuns ne se sont plains jusqu’à ce jour. En plus de ses équipements répondant aux besoins du marché, ce professionnel dispose également d’une équipe composée de techniciens diplômés et expérimentés. Pour la prise en charge de supports de stockage délicats comme les disques durs, une salle blanche ISO 3 Classe 1 est disponible. La manipulation d’un disque dur doit se faire dans une telle salle afin d’éviter la contamination des plateaux magnétiques.