1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...

5 erreurs SEO classiques pour votre site internet

Sur internet, on recense plus de 1.4 milliard de sites internet. Parmi ces sites, certains proposent des concepts incroyables, d’autres des idées révolutionnaires. Mais malheureusement, tous ne sont pas visibles sur internet comme ils le mériteraient.

Pourquoi ? Parce qu’ils présentent des erreurs SEO qui font barrage à leur bonne visibilité. Résultat, ces sites hébergeant des idées toutes meilleures les unes que les autres n’atteignent jamais leur cible, ou très peu.

 

Eh oui, il ne suffit pas d’avoir un site. Bien que créer un site internet soit indispensable, il faut aussi savoir éviter certaines erreurs SEO classiques, au risque qu’elles fassent obstacle à la réussite de votre site.

 

Lesquelles ? On vous donne 5 de ces erreurs, à éviter à tout prix !   

Oublier ses balises Hn

L’une des erreurs les plus récurrentes est de structurer sa page en apparence mais pas en profondeur.

On s’explique…

Vous le savez, pour des raisons esthétiques mais aussi pratiques, il faut toujours structurer ses pages. Titres, sous-titres, sous titres de sous-titres, etc.

Si beaucoup donnent l’impression de le faire, la majorité ne se rend pas compte qu’elle ne le fait que superficiellement. En effet, plus que de l’esthétisme ou de la pratique, structurer son texte c’est aussi de la technique !

Les balises h1, h2, h3 … ça vous dit quelque chose ? Ce sont des balises HTML qui permettent de structurer réellement vos pages.

La balise h1 correspond au grand titre du contenu de votre page. Par exemple, dans cet article le h1 est « 5 erreurs SEO classiques pour son site internet ».

Les balises h2 correspondent aux sous-titres. Ici, « oublier ses balises Hn » est un h2.

Techniquement parlant, ce sous-titre apparaît de la sorte :

<h2>oublier-ses-balises-hn</h2>

Les balises h3 sont des sous-titres de sous-titres, et cetera.

Ces balises permettent de structurer vos pages pour les moteurs de recherche. Eh oui ! Il faut y penser : Google et ses amis ne peuvent pas savoir que lorsque vous appliquez telle police en telle taille, il s’agit d’un titre. Alors il vous faut enrober vos titres et sous-titres de balises HTML.

Bien sûr, comme pour un être humain, les titres et sous-titres ont plus de poids pour les moteurs de recherche. Raison de plus pour ne pas oublier ses balises.

Maintenant, vous saurez qu’agrandir la police ne suffit pas à faire d’une phrase un titre, ni un sous-titre.

Ne pas renseigner les balises title et meta description de ses pages

Puisque l’on a démarré sur l’aspect technique, nous allons continuer sur cette lancée.

Parlons d’abord de la balise title. On vous expliquait juste au-dessus qu’une balise Hn est un titre ou sous-titre de contenu. La balise title, elle, est le titre de votre page. Il ne faut pas confondre ces deux types de balises HTML.

La balise « title » est donc le titre que vous donnez à votre page. Celui qui apparaîtra sur les pages de résultats de recherche juste au-dessus de votre lien.

Nombreux sont ceux qui oublient de la renseigner. Pourtant, elle est importante. Vous ne devez pas publier une page en laissant la balise title par défaut. Modifiez-la : elle doit être simple, attractive, faire moins de 70 caractères et contenir le mot-clé de votre page.

Passons maintenant à la meta description. Qu’est-ce que c’est ? C’est le petit texte qui apparaît sur les pages de résultats de recherche, sous votre lien.

Si vous ne renseignez pas votre meta description, Google se chargera de la créer pour vous. Souvent en utilisant les 200 premiers caractères de votre contenu ou en alliant plusieurs morceaux de contenu. Bien sûr, si Google fait le boulot à votre place ne vous attendez pas à ce qu’elle soit optimisée.

L’intérêt d’une meta description renseignée par vos soins est que vous pouvez la rendre attractive et y placer votre mot-clé.

En effet, le principal but de la méta description est de donner envie aux internautes de cliquer sur votre lien.  

Alors ne faites pas l’impasse sur ces éléments, renseignez vous-même vos balise title et meta description. Ne laissez pas Google s’en charger. Après tout, qui mieux qu’un humain pourrait séduire et susciter l’intérêt d’un autre humain ?

Ne pas inclure les expressions de la longue traîne dans sa stratégie

Depuis le début de cet article on vous parle des mots-clés à intégrer à vos balises HTML. L’une des erreurs classiques faites en SEO est de n’inclure à sa stratégie que des mots-clés génériques générant de gros trafic.

N’appuyer sa stratégie que sur ces mots-clés n’est pas une bonne idée. Vous devez aussi vous positionner sur des mots clés à faible ou moyen trafic et sur des expressions de longue traîne. Les mots clés génériques à fort trafic sont très convoités et dans la plupart des secteurs, un leader s’est déjà accaparé la première position sur ses mots clés. Autant vous dire que le détrôner ne sera pas chose facile.

Votre but doit être de gagner en visibilité et pas uniquement d’atteindre la première place sur cette poignée de mots-clés qui génèrent un nombre affolant de recherches. Alors misez sur des mots-clés moins convoités. Bien sûr, ils ne doivent pas être sélectionnés au hasard, ils doivent correspondre à votre activité en ligne.

N’hésitez pas à vous positionner sur des expressions de longue traîne qui correspondent à des recherches plus précises. Se positionner sur ces expressions peut être très intéressant d’un point de vue stratégique. Surtout depuis l’arrivée de la recherche vocale. Et oui, maintenant vous devez aussi optimiser votre SEO pour la recherche vocale. Vous ne voyez pas le lien entre la recherche vocale et les expressions de longue traîne ? On vous l’explique :

À l’oral, le comportement d’un internaute est différent. Il ne recherche pas par mots-clés, mais formule des requêtes précises sous forme de phrases complètes. Si vous souhaitez voir votre site apparaître dans les résultats de ces requêtes, il va vous falloir être positionné sur les termes utilisés par les internautes.

Par exemple à l’écrit, on chercherait « Erreur SEO ». À l’oral, l’internaute demanderait « Quelles sont les erreurs SEO à éviter ? ». Il nous faudra donc être positionné sur « erreurs SEO à éviter ».

Vous avez compris ? Pas vraiment ? N’hésitez pas à nous faire part de vos interrogations en commentaire. En attendant on passe à la suite !

Surcharger son interface

On parle maintenant visuel, design et esthétisme.

Ce n’est pas un secret, le visuel rend un site agréable, plus attractif et plus attirant. Ceci dit, beaucoup en abusent et rompent ainsi le charme.

Eh oui, trop de visuel tue le visuel !

Ajouter du visuel à son interface est une excellente démarche, mais si vous en ajoutez de trop, l’encombrement se fera ressentir. Pour un internaute ce n’est pas agréable d’avoir trop d’éléments visuels sur son interface. Cela impactera négativement l’expérience de l’utilisateur qui se sentira oppressé par tant d’informations visuelles.

Le mieux ? L’espace, l’aération. Épurez, proposez des typographies lisibles, des interlignes suffisantes et des espaces entre les différents éléments visuels.

Laissez respirer votre utilisateur et proposez-lui une interface reposante pour améliorer sa navigation.

Ne pas être responsive

Pour cette dernière erreur, on reste dans la thématique du design.

La dernière erreur des plus classiques, mais aussi des plus fatales, est de ne pas présenter de design responsive.

Encore faut-il savoir ce qu’est un design responsive. C’est un design qui s’adapte aux différents formats d’écran. Ainsi un design responsive s’adapte et se réorganise selon s’il est consulté sur mobile ou sur desktop.

Un élément très important puisque pour un mobinaute, voir un design s’adapter à son écran mobile fait toute la différence d’un point de vue d’expérience utilisateur, de navigation et de confort. D’ailleurs, aujourd’hui un mobinaute ne se pose plus de questions : si le design d’un site n’est pas responsive, il le quitte immédiatement. Et cela, pour votre SEO, c’est très mauvais puisque l’on parle là d’une augmentation de votre taux de rebond.

De nos jours, 53% de l’usage d’internet se fait sur mobile. Voulez-vous prendre le risque de perdre vos chances de gagner des visiteurs qui naviguent sur mobile ? Non ?

Alors n’attendez plus, testez vite le responsive design de votre site web !