1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...

Centre et transport dans les colonies de vacances

 

Une colonie de vacances implique de grandes responsabilités pour les organisateurs. Ils doivent réunir toutes les conditions pour rassurer les parents. Les centres d’hébergement doivent par exemple garantir la sécurité et le confort des jeunes. Les animateurs doivent être titulaires de diplômes spécifiques, tout en suivant des formations adaptées à la thématique du séjour. De même, les transports doivent être sûrs et minutieusement sélectionnés par les organisateurs.

 

Les centres de colonie de vacances

Les centres de colonie de vacances printemps doivent remplir certaines conditions. Il faut en premier lieu un agrément de la DDCS (Direction Départementale de la Cohésion Sociale). Une autorisation d’ouverture valide est aussi de mise. Ces centres font également l’objet d’une visite opérée par un représentant de l’équipe de séjour, avant qu’elle ne les propose dans ses catalogues. Durant le séjour, les mesures de sécurité incombe au directeur. Il prend en compte l’ensemble des risques (incendie, intrusion, fugue…). En outre, dans la mesure du possible, chaque étage doit compter au moins une chambre des animateurs. Celle-ci doit aussi être à proximité immédiate des voies d’accès. La constitution des chambrées peuvent être confiée aux jeunes eux-mêmes. Ils doivent néanmoins respecter les consignes de l’équipe d’animation. Parmi eux, on note la non-mixité la nuit. Un écart d’âge de plus de 2 ans est aussi interdit.

 

Des transports sûrs

L’équipe de séjour privilégie les modes de transports les plus sûrs pour se rendre sur le lieu de déroulement de la colonie de vacances. Parmi ceux-ci figurent le train et les compagnies aériennes régulières. Dans le premier cas, certains animateurs jouent le rôle de “Chefs de Convoi”. Dès que le nombre de jeunes à convoyer dépasse le seuil fatidique de 10 personnes, ces animateurs se verront dispenser une formation interne validante. Durant le séjour, les déplacements se font généralement en autocars privés. Ceux-ci sont dotés de ceintures de sécurité. Les animateurs veillent à ce que chacun des jeunes boucle sa ceinture, sous peine de sanction allant jusqu’au renvoi du séjour. L’équipe peut aussi recourir aux transports en commun locaux ou à des bus de lignes à l’étranger. Elle s’assure alors que les jeunes profitent d’un niveau satisfaisant de confort et de sûreté. Le transport des enfants en voiture doit demeurer exceptionnel. En cas de besoin, l’animateur-conducteur doit avoir au moins 21 ans et titulaire du permis de conduire depuis au moins 2 ans. Dans certains séjours, l’utilisation de minibus conduits par les animateurs peut se faire de manière , occasionnelle ou régulière. Ils doivent alors suivre une formation correspondant à la conduite de ce type de véhicule. Lors des séjours itinérants, les trajets doivent rester au dessous des 500 km par jour. Tout au long du séjour, la moyenne par jour recommandée est de 150 km. Toutes les 2 heures de conduite, une pause de 15 minutes est obligatoire pour les animateurs. Aucun trajet ne doit se faire de nuit, sauf les courts trajets de retour sur le centre de séjour, après une petite escapade en ville.