Faire le bon choix de vitrage pour faire des économies et pour préserver l’environnement ?

Window profile with tree glass surface, vector illustration

Comment faire des économies d’énergie lorsqu’il est très bien pour l’avenir de la planète, ce qui est très bien aussi pour notre porte-monnaie ? C’est la question à laquelle répond un expert vitrier, qui s’intéresse à nos vitrages, puisqu’on ne peut pas savoir l’argent qu’on jette par la fenêtre. Le vitrage représente 13% des déperditions de chaleur de la maison. Sur ce, changer le vitrage semble être un bon plan et une meilleure alternative.

Le double vitrage

Le simple vitrage n’est plus une bonne solution. Il ne faut plus l’acheter parce que ce n’est plus règlementaire. Sur ce, le double vitrage classique 4.16.4 est deux fois plus performant que le simple vitrage. Quant au double vitrage à faible émissivité, il est cinq fois plus performant que le simple vitrage. Il est composé d’une couche oxyde métallique, pulvérisée à l’intérieur, qu’on ne voit pas, mais elle a une action très performante. C’est-à-dire qu’elle va bloquer la chaleur à l’intérieur du logement. Maintenant, il y a une différence qui peut jouer en termes de performance. Le double vitrage peut y contenir soit de l’air, soit des gaz rares. On va avoir soit de l’argon, soit du crypton. Le prix peut varier environ 150 € le m2, avec très peu de différence par rapport à un 4.16.4 à air, sans couche de faible émissivité.

Le triple vitrage

Évidemment, le triple vitrage est plus performant, mais sa performance est très peu sensible pour quelqu’un qui n’aura pas suffisamment isolé sa maison. S’il ne renforce pas son isolation de toiture et des murs, cela ne servira à rien. C’est une écharpe sur un t-shirt en plein hiver.
Finalement et d’après le professionnel en vitrage, il vaut mieux mettre un double vitrage, qui est moins cher sur une maison qui est normalement isolée.