1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...

Le nourrissement des abeilles : Comment procéder ?

En apiculture, le fait est que l’on pille les réserves des abeilles, qui se retrouvent ainsi en manque. C’est notamment pour cela qu’il est nécessaire de les aider à remplacer ce qu’on leur a volé, pour qu’elles puissent survivre et rester en bonne santé. On parle alors de nourrissement. Voici quelques informations à savoir.

Quand est-ce qu’il faut procéder au nourrissement ?

En général, on procède au nourrissement au printemps pour stimuler les colonies et pour disposer de fortes populations lors des premières miellées, en cours de saison durant les moments creux, et avant l’hiver pour assurer les réserves. Mais en fonction des besoins des apiculteurs, le nourrissement des abeilles peut aussi ne se faire qu’une fois, en fin d’été, certains peuvent même se permettre de ne faire aucun nourrissement du tout. Et il se trouve que les ruches n’ayant eu aucun nourrissement connaissent généralement une progression régulière et une meilleure récolte sur l’ensemble de l’année, bien qu’elles aient connu une réduction de deux ou trois inter-cadres l’hiver, et un démarrage avec peu de couvain. Certaines ne présentent même aucune mortalité hivernale.

Mais les apiculteurs ne pratiquent souvent qu’un seul nourrissement, en fin d’été. Cela pour prévenir l’apparition de maladies en période sèche, pour relancer la ponte de la reine qui passera ainsi l’hiver avec des colonies populeuses, ce qui réduira aussi la consommation sollicitée par le besoin de chauffage, et pour reconstituer les réserves hivernales. Comme nous l’ont appris les anciens du métier, il est aussi important de ne faire la récolte du miel que vers le mois de mai, pour prélever ainsi le solde de l’année précédente et un peu de la nouvelle miellée, cela afin de permettre aux abeilles de reconstituer leurs réserves lors des fortes miellées.

La procédure de nourrissement

Dans ce cas, le nourrissement se fera en deux temps, le premier de 0,5 à 1 litre en guise de stimulation, et le second plus important pour la reconstitution des réserves. Dans l’idéal, intercalez chaque nourrissement entre les traitements. Par exemple, effectuez le premier nourrissement entre les deux barquettes (espacées de 15 jours) du traitement anti-varroa, et le deuxième à la fin du traitement. Pensez également à effectuer le nourrissement rapidement après la dernière récolte, et surtout avant que le froid et l’humidité ne s’installent, car l’exploitation du nourrissement peut être assez fatiguant pour les abeilles. Autrement dit, effectuez le nourrissement au plus tard en septembre.

Bon à savoir

Vous avez divers types de nourrisseur. Celui du dessus sert pour la distribution du sirop (ou de candi) en quantités importantes. Le sirop doit être le plus concentré possible. Vu que ce nourrisseur est situé près de la grappe d’abeilles, le nourrissement se maintiendra alors à la température de la colonie. Celui placé au-dessus du trou de couvre-cadres, appelé petit nourrisseur anglais, sert pour la distribution des petites quantités de nourrissement. Le sirop doit présenter une faible concentration en sucre, et pensez à y ajouter du vinaigre de cidre (une cuillerée à soupe pour 5 litres) pour que la solution soit plus digeste pour les abeilles. Vous avez aussi le nourrisseur cadre permettant un nourrissement liquide près du couvain, ce qui favorisera l’élevage des reines, ou encore le nourrisseur d’entrée (attention au pillage, nourrissez en fin de journée).

Laisser un commentaire