Le viager : l’autre vente immobilière

logement achat viager

Alternative à la vente immobilière classique, le viager qui tire son nom du mot «viage» et qui voulait dire en vieux français, «temps de vie».

La vente en viager constitue un bon compromis pour les personnes qui souhaitent vendre leur maison ou appartement, tout en conservant l’usufruit de leur bien jusqu’à leur décès.
Viager libre et viager occupé

Il existe deux formes d’achat en viager.

Le viager occupé, le plus répandu, environ 5000 ventes par an en France contre une centaine pour le viager libre. Celui-ci est moins attractif que la première formule, car le vendeur n’occupant pas le bien, l’acquéreur ne peut prétendre à l’abattement d’occupation qu’offre le premier et qui correspond environ à 40% de la valeur de la maison ou de l’appartement vendu.
Toutefois, cette formule présente un intérêt non négligeable pour l’acheteur qui souhaite trouver un logement pour son usage personnel, mais ne parvient pas à obtenir de crédit pour un achat traditionnel.

Exemple : vous disposez d’un petit capital de départ qui peut couvrir ce que l’on appel le bouquet de départ, il ne vous reste plus qu’à régler les rentes comme s’il s’agissait d’un simple loyer.
Quant au viager occupé, il permet à un propriétaire de vendre sa maison en viager, ou son appartement, tout en conservant le droit d’usage et d’habitation jusqu’à son décès. Il garde à sa charge les charges courantes, énergie, entretien général comme dans le cas d’une location, par contre, la taxe foncière, la taxe d’habitation et les gros travaux sont transférés à l’acheteur.

Le viager permet donc au vendeur de se constituer un complément de retraite garanti à vie et au vendeur de réaliser une transaction immobilière fiscalement intéressante.